Partager +
Imprimer

Focus Histoire : Mathieu Criaerd & Madame de Mailly 2 avril 2015


« Au premier étage, immédiatement au-dessus de la chambre où le roi couche, est la chambre bleue, parce que de la soie qu’avoit filée madame de Mailly et qu’elle avoit donnée au roi, S.M. en avoit fait faire un lit de moire bleue et blanche, avec la tapisserie et les sièges de même, et que pour assortir à ce meuble, toute la chambre jusqu’à la corniche a été peinte en bleu et blanc. » (Mémoires du duc de Luynes)


Ce fût le célèbre marchand mercier Thomas Joachim Hébert qui s’occupa de choisir l’ameublement de Madame, il livra ainsi à Choisy dès le mois d’octobre 1742, en remplacement de meubles d’appoint, ce mobilier unique de Mathieu Criaerd.
Certains pourraient reprocher le maintien de la division tripartite de la façade, alors que cette technique aurait permis d’étendre le décor sur toute la largeur de la façade. Ce serait oublier son époque de création et le style ambiant, le plein rocaille, qui aimait particulièrement les cadres animés, les enchaînements des motifs… Ceci permit en outre à notre peintre de hiérarchiser sa composition :  au centre, vers lequel convergent naturellement tous les regards, des échassiers au bord de l’eau, à gauche et à droite, de simples fourrés, dont seul les envols d’oiseaux, tout comme à Champs-sur-Marne, animent la composition de cette unique commode.
La commode qui se trouvait avant la guerre dans l’hôtel Rothschild de la rue Saint-Florentin à Paris a disparu.


Ci-dessous l'ensemble du mobilier de la chambre bleu réalisé par Mathieu Criaerd:

source : http://www.chateauversailles.fr/   source : http://www.authenticite.fr/
 
 

Mathieu Criaerd (1689 – 1776)

 
Établi rue Traversière-Saint-Antoine, le frère cadet d’Antoine Criaerd reste, sans nul doute, le membre le plus brillant et le plus prolifique de cette famille d’ébénistes. Il est probable qu’il a travaillé pour Jean-François Œben puisqu’au décès de ce dernier, en 1763, il figurait parmi ses créanciers. Il fournit également le marchand-mercier Hébert. Après la mort de sa femme, en 1767, il mettra fin à son activité et cédera son atelier à son second fils, Sébastien Mathieu, qui se limitera au commerce.
On retrouve dans les réalisations de Mathieu Criaerd des commodes ornées de chatoyantes marqueteries florales, ces mêmes bronzes qui les mettent habilement en valeur sans en gêner le déploiement. Il en est de même pour les décors de laques de Chine ou de vernis européens dans le goût extrême-oriental dont Mathieu Criaerd fait grand usage. Il en résulte toute une série de commodes, certaines de petites dimensions, les autres plus larges, mais toutes somptueusement ornées et parées de bronzes, qui constituent l’aspect le plus caractéristique de sa production. Un de ces meubles et non des moindres, une commode en laque polychrome et or, avec l’habituel décor de bronzes rocaille, fait partie de la donation Crog-Carven au musée du Louvre.


Une des commodes de la donation Crog-Carven au musée du Louvre:

http://www.louvre.fr/






Retrouvez notre commode Mathieu Criaerd: Cliquez-ici


Source: « 18e aux sources du design, éditions FATON » & « Le Mobilier français du XVIIIe siècle, PIERRE KJELLBERG, éditions de l’amateur »

Toutes les actualités

ICFF - New York - D-3

17 mai 2017

ICFF - New York - D-3

Dans 3 jours, la Maison ALLOT s'intalle à New York pour 4 jours au salon ICFF. Haut lieu de la décoration aux États-Unis, le salon new-yorkais regroupe 750 exposants internationaux. En collaboration avec Amandine de Brévelay, créatrice de linge d'intérieur, les Ateliers ALLOT vous présenteront de nouveaux meubles et sièges. Plus d'informations